BIEN COMPRENDRE LA DIMENSION IDÉOLOGIQUE DE LA CRISE INDUSTRIELLE.

http://www.tsa-algerie.com/actualite/item/3529-raffinerie-de-berre-et-fagor-brandt-deux-entreprises-francaises-que-paris-aimerait-voir-racheter-par-alger

Il faut ajouter en ROUGE ce qui d’évidence fût oubliè.

Les  MINISTRES  Français veulent voir des entreprises algériennes, publiques et privées, investir en France. Lors du dernier sommet algéro-français, deux dossiers ont été particulièrement évoqués. Ils concernent deux entreprises françaises en difficulté. La première est la raffinerie de Berre, située dans le sud de la France. La seconde est la société d’électroménager Fagor-Brandt qui vient d’être déclarée en cessation de paiement, avec un délai de six mois pour trouver un repreneur.

Je dirais que par deux fois en deux ans et des poussières, j’ai proposé à FAGOR des innovations techniques pour actualiser leurs produits. J’ai des accusés de réception, mai spas de réponse. Ce qu’il advient, est la suite logique , la dégringolade.

la reprise de Fagor-Brandt qui fabrique notamment des lave-linges. La société intéresse le groupe privé Cevital. Selon nos informations, Issad Rebrab serait prêt à débourser près de 100 millions d’euros pour l’acquérir. Il entend garder une partie de la production en France pour sauvegarder des emplois ….   et transférer la technologie en Algérie. Le projet est soutenu par le gouvernement français. Mais il se heurte à un problème de taille : la loi algérienne n’autorise pas les entreprises locales à investir à l’étranger. Et il est peu probable qu’une dérogation soit accordée à Cevital dans ce dossier.

Nous comprenons, qu’il n’existe plus d’entrepreneur Français.

S. CARVAJAL

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.