Reprendre une Activité Industrielle ?

Il ne se passe pas de jours sans que l’on apprenne, par les nouvelles, une liste de dépôts de bilans de société industrielles.

Alors voici un cas société X en France, dans le secteur de la distribution de puissance, société qui possède un passif, mais aussi un actif, des défauts et peut être une possibilité.

Coté Passif, il est pas utile de se renseigner à ce niveau de la petite étude.

Cote  Actifs, une usine, des techniciens, des machines, un savoir faire.

Coté défauts, pareil que pour le passif, pas utile de trop s inquiéter de cela, pour l instant.

Coté possibilités, là il y a beaucoup à dire, d abord une technologie vieille. Un conseil stratégique NUL, un recentrage sur le coeur de métier qui à été un cause de l’impasse où se trouve cette société.

Analyse :

  1. Il y a dans cette usine, des machines récentes, voire certaines neuves, un procédé connu, donc un produit que d autres compétiteurs fabriquent facilement à moindre coût, ensuite il reste la réalité de la fabrication, arrivé en phase de dépôt de bilan, il faudrait repenser les liens entre les services et la production de la société, c’est à dire préparer la société et la mettre en bonne forme pour résister à une autre avanie.
  2. La possibilité, la première envisagée par un entrepreneur c’est apporter un plus dans  le produit afin de bénéficier d’une remise en activité et obtenir sur les concurrents un vrai avantage compétitif.
  3. C‘est à dire apporter un ensemble de solutions techniques, valorisant le produit et du coup permettant des ventes en plus grand volume. La faute inverse fût faite, réduire la production…
  4. L‘avantage compétitif n’est pas le seul moyen d’action pour le futur de cette société, il faut repenser le marché et adapter la production à la future demande.
  5. Autre…./… 
  6. Autre…./…
  7. Autre…/…  à priori, avec le peu d’informations recueillies par internet sans avoir eut accès au dossier de la société, mais avec cependant bien des informations sur l’endettement, l’outil de production, le nombre de salariés, la capacité de production, l’immobilier, la structure de l immobilier, les marchés, les normes, la logistique, les concurrents, la position des concurrents etc…

Une  solution  technique.

C’est IDIOT !

Je crois pas. Mieux, je vois à priori, deux avancées techniques capables de positionner les produits en tête des plus désirables, pour peu que le prix de vente (salaires, frais, bénéfice et remboursement des dettes inclus) soit bien encadré.

POUR CELA, IL Y A DES OUTILS TECHNIQUES,  VOICI UN DE CES OUTILS, QUE LES STRATÈGES DES BANQUES IGNORENT,  AVEC LE SUCCÈS QUE NOUS LEUR CONNAISSONS :

La Méthode s’appelle l’ “Analyse de la valeur”.

Il s’agit d’un outil intelligent utilisé en Productique.

L’analyse de la valeur (AV) est une méthode née aux États-Unis juste à la fin de la Seconde Guerre mondiale grâce aux efforts de M. Lawrence Delos Miles, ingénieur à la General Electric, qui devait résoudre un problème de pénurie de matériaux nobles.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Analyse_de_la_valeur

 
La définition donnée par l’AFNOR est la suivante : l’analyse de la valeur est une méthode de compétitivité, organisée et créative, visant à la satisfaction du besoin de l’utilisateur, par une démarche spécifique de conception, à la fois fonctionnelle, économique et pluridisciplinaire. La valeur d’un produit est une grandeur qui croit lorsque la satisfaction du besoin augmente et/ou que le coût du produit diminue. La valeur peut donc être considérée comme le rapport entre l’aptitude aux fonctions divisée par le coût des solutions.
C’est une :
  • démarche fonctionnelle,
  • démarche économique,
  • démarche pluridisciplinaire.
Cette démarche :
  • s’intéresse aussi bien aux produits qu’aux processus
  • repose sur des concepts
  • s’appuie sur des coûts
  • s’articule sur des fonctions
  • utilise des idées et voies de solution
Elle s’articule autour des phases suivantes :
  1. Étudier et évaluer les solutions
  2. Faire un bilan (prévisionnel) et des propositions (de choix)
  3. Suivre la réalisation
 

Préconisation :

Insérer, une fonction, c’est à dire un  appareil dans le produit, qui donnera un vrai avantage sur les concurrents.

Dans la réalité, les Faits :

Voici ce qu’il advint, malgré la prise de contact, pas de réponse de la société en question, qui ignore ce qu’est l’Analyse de  la Valeur, ignore ce qu’est un avantage compétitif, qui ignore aussi la politesse… 

Donc société X, une parmi des centaines d’autres, en dépôt de bilan, des techniciens et ouvriers par centaines au chômdu.

PROPOSITION  À  APPORTEURS  DE  CAPITAUX :

Qui veut participer financièrement,  à la reprise de l’activité de cette société, une des rares sur ce secteur d’activité, par la force des choses, les dernières société industrielles s’en vont ?

S. CARVAJAL.

Management Stratégique Industriel

Il existe bien sûr une volonté de mettre nos industries au niveau d un monde « globalisé », en clair, faire disparaitre les dernières compétences et les derniers emplois de ce pays.
Il existe un défaut rédhibitoire des cadres de telles sociétés, qui confondent le mot « proposition » avec le mot « requête », du coup ignorent une possibilité de maintenir une activité viable et garder des salaires.
Un manque de discrimination dans la reconnaissance du sens des mots… préjudiciable.
Enfin, il y à la chaine de commandement, l information ne circule pas malgré tous les réseaux etc…
Je ne parlerai pas des syndicats, qui se LA JOUENT « trente glorieuses ».
 
Désolé, nous somme juste entré dans  » les cinquante Misérables « .
Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.