Bonne solution, mauvaise ou fausse analyse cependant.

Italie.  Quitte ou double ?

Mr. BERLUSCONI met la pression sur ceux, qui ont pris le contrôle et n’arrivent pas à juguler la Crise, cependant.

_

Mr. Silvio BERLUSCONI, est candidat à la présidence du Conseil, il a évoqué une sortie de son pays de la zone euro, dans le cas où la Banque Centrale Européenne ne pourrait  faire baisser les taux d’intérêt.

« Si l’Allemagne n’accepte pas que la Banque Centrale Européenne, soit une vraie banque centrale, si les taux d’intérêt ne baissent pas, nous serons forcés d’abandonner l’euro et de revenir à notre propre devise afin d’être compétitifs a t-il dit, mardi soir à la télévision Italienne, il n’a pas manqué de marquer sa différence avec la politique de Mr.  Mario MONTI.

L’ancien dirigeant italien est candidat à un sixième mandat à la présidence du Conseil, à l’occasion des élections législatives prévues en février 2013.

n.d.r.

La solution est vers le retour aux monnaies Nationales, dirigées par les exécutifs, avec séparation des banques, en banques commerciales, industrielles, d’affaires, et marginaliser les spéculateurs sur un marché très contrôlé, la taxe n’est pas dissuasive, le contrôle lui est limitatif, sans négliger la possibilité d’avoir une monnaie commune, accord avec investissement égaux et responsabilités égales, entre des partenaires, solidaires entre eux, permettant la mise en place de projets communs.  

Pas de POKER Menteur.

S. CARVAJAL

Management Stratégique

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.