Février; Soldes ou Encore ?

Niveaux par niveaux, le château de carte s’écroule.

La consommation d’énergie à destination des autos des particuliers, ne cesse de chuter, surement un contre coup de la hausse des prix de ces combustibles, de la stagnation des salaires, de l’augmentation du coût des services.

Prix en hausse alors que la demande stagne et va même en régressant.

Si les pays d’Europe, entre autres, avaient voulu faire augmenter artificiellement les prix du brut en provenance d’Arabie, ils n’auraient pas choisi meilleur scénario que de couper à l’Iran la possibilité de vendre son brut en Europe.

Toutes les conditions indispensables à une spéculation majeure sur le marché des combustibles, sont mises en place.

Évidemment en période de combustibles chers, les denrées elles sont chères.

Pourquoi ?

Quelle est cette logique qui voudrait lier augmentation du prix des combustibles à l’augmentation du prix de vente des denrées alimentaires?

Une seule logique, celle de la spéculation, toujours elle.

A une époque ou les légumes et fruits sont chers, nous sommes en hiver encore un peu. Il faut savoir que les viandes, sources de protéines sont encore plus chères. Cela ne s’arrangera pas et des émeutes pour la nourriture, à venir,  ne sont pas à écarter, car voici la T.V.A. dite sociale qui appauvrira les plus pauvres et ne bénéficiera qu’à l’état, un temps.

Le commerçant augmentera ses marges, l’état prendra d’avantage sur un produit plus cher et finalement les consommateurs ne pourront acheter les denrées, devenues, trop chères.

Attendez et vous verrez.

Je parle que des choses essentielles, basiques mais indispensables.

_

Parlons des choses nécessaires; parlons automobile.

Grand remue ménage à la bourse Française, un grand constructeur qui a mit des noisettes de coté, fait savoir qu’il parle (tout seul, comme un grand) avec le numéro un mondial de l’automobiles G.M. pour ne pas le citer.

Cela me rappelle le film de Charlie CHAPLIN, le drâme : Monsieur VERDOUX.

Si vous n’avez pas vu le film, louez le, faites vous le préter (dans le cadre familial, bien entendu). Il n’est pas temps d’aller faire de la peine à Mr NEGRE d’Universal qui confond produit vendu et licence d’utilisation. Passons.

Mais n’oublions pas.

_

Monsieur VERDOUX, c’est un peu l’Histoire de Mr LANDRU. Il n’est pas inintéressant de suivre attentivement les discussions de Mr VERDOUX avec son opérateur en bourse. Notez comme l’opérateur en bourse insiste sur la volatilité des cours, notez aussi ce qui n’est pas évoquée dans le film, mais cela se comprend facilement, le faible volume d’actions échangées durant la durée de l’histoire, car sous des dehors de fiction il s agit d’une peinture historique. Monsieur VERDOUX fût pendant trente ans, employé de banque. Mais survint LA CRISE de 1929 et ses conséquences.

Faut il voir un parallèle entre cette triste époque et la notre ?

Fables volume des transactions et forte volatilité des cours ?

Il faudrait être paranoïaque ou plus certainement, ÊTRE SIMPLEMENT, LUCIDE.

L’Industrie est MORTE et la Banque n’arrive pas à verser des salaires à des dizaines des centaines de millions de sans emplois!

Pourquoi donc?

C’est pas sa vocation de distribuer  de l’argent qui en toute logique n’est que la contre partie de votre emploi perdu, parce que la banque à il y a longtemps décidé que les Ingénieurs, techniciens, ouvriers seraient les perdants du jeu du Monopoly Menteur.

_

Après cette aparté je reviens aux manœuvres des constructeurs, bientôt EX CONSTRUCTEURS d’automobiles ?  Qui sais ?

Qu’est ce qui est en jeu, dans le fond ?

Préserver aux acteurs, une poire pour la soif, d’ailleurs GM et l’interlocuteur Français ont sut se recapitaliser et couper dans les dépenses, dues essentiellement à des sur capacités de production. En langage clair, quand il y a plus moins d’acheteur, l’usine perd de l’argent.

Car si comme c’est déjà prévu que le marché Français consommera en 2012 cinq pour cent de moins d’automobiles, un contre coup des agences de notations ou un contre coup politique ou une guerre, voulue mais publiquement désavouée pourrait tout simplement arrêter les usines et faire, encore, en France deux millions de personnes en recherche d’emploi.

L’automobile, la machine à laver et les réfrigérateurs ont assuré la croissance et la prospérité relative des français,  jusqu’à la moitié des années mille neuf cent soixante dix. Aujurd’hui ces articles coûtent encore cher, comme au sortir de la guerre alors que nous ne sommes pas en guerre (pas encore) et que ces produit coutent fort peu,  payés une misère à une classe d ouvriers « esclaves » de leur pays…..

Quelle avancée sociale, l’état sujet, deviendrait l’état Monarque !

IL FAUT VRAIMENT QUE L’ÉTAT APPRENNE À GÉRER SON BUDGET ET ÔTE SES MAINS DE MON PORTEFEUILLE.

Une République est une association de personnes solidaires, associées dans  le but de créer un avenir de prospérité à l’usage de tous, en proposant le « plein emploi « comme moyen de distribution de salaires.

Rappelons; les salaires sont de la « Sécurité Condensée ».

Un meilleur salaire ce serait de la « Prospérité Proposée », un Avenir et un Bien  Être, atteignable.

NON  À  LA  MISÈRE  « DURABLE » !

MERCI,  CELA  DURE  DEPUIS  40  ANS.

S. CARVAJAL

Management Stratégique & Innovations

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.